January 25, 2012

j'ecris un document en anglais. ou bien c'est f-- qui l'crit, ou r---, ou f-------. ensuite, on envoie ce document a la trad. bien sur, on écrit en dita. et ce dita là, quand il est envoyé a la trad, est segmenté. que veut dire "segmenté" ? vous savez, dans dita--ou plus precisement, dans notre implementation de dita--, le document à traduire est decoupé et transferré dans une base. comment c'est découpé ? souvent par phrases. et c'est donc les phrases qui sont transferrés dans la base. une base des phrases. la "phrase base" si vous voulez. bien sur, dans les document techniques, on peut découper sur des mots clèfs, ou des bouts de code. heureusement, le format dita est riche, et permet de faire ces types de découpage. le plus souvent, néanmoins, la segmentation est par phrases. quand les traducteurs recoivent cette phrase base, ils traduisent chaque phrase séparément. ils travaillent dans une pièce souterraine, mal éclairée, penchés sur leur bureaux de camping pliables. c'est souvent des handicappés mentales, en fait. des autistes, plutôt, dont le seul capacité est de traduire l'anglais en italien, en allemand... le mec se croit Silvio Berlusconi, ou Napoleon. et pour tout dire, il est très mal payé. la localization parle toujours des dollars trad, dollars trad, mais en réalité c'est des centimes. ces les économies, vous savez. donc ce mec, il voit phrase après phrase sur son écran, et il doit vite la traduire en italien, ou japonais, à partir d'où il recoit la phrase suivante, un torrent sans relache, produit par les doigts des developpeurs tapant dans les .properties ou des rédacteurs dans les .dita. au retour, toutes les trois semaines, on reçoit un travail bien fait : une nouvelle phrase base, mais cette fois en français. il faut maintenant reconstituer le document d'origine, mais avec les phrases anglaises replacées par des phrases françaises. comment fait-on ? en effet, le système est bien fait. il prend le document anglais, il en retire tout le texte (sauf les mots clès), et, en utilisant les phrases anglaises comme index, il cherche la phrase base française pour trouver les phrases françaises à mettre à la place. c'est ainsi qui est reconstitué le document francais. mais, un problème apparaît quand on met à jour le document anglais avec des phrases qui one été ajoutées depuis le départ de la phrase base dans des pièces sombres des traducteurs. en effet, ce croisement des données crée un document anglais qui, une fois vidé de son texte, contient plus de place que prévu par la base des phrases françaises qui revient de la trad. et le système donc, en essayant de reconstruire le document français, trouve des endroits où il lui manque une phrase pour combler un vide du document d'origine. quand le document est publié, on voit donc des vides... des phrases entières blanches, des points sans lignes, des titres vides. c'est ce qu'on appelle les "trous de traduction". et c'est pour cela qu'on essaie d'éviter de mettre à jour le document anglais une fois que la traduction à commencé.
Comments: Post a Comment

Recent archives

Inforotica

Books

McDonald's